En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation des cookies pour vous proposer des contenus adaptés à vos centres d'intérêts et mesurer la fréquentation du site. Pour plus d'informations, gérer ou modifier vos paramètres de cookies, cliquez-ici.

Fermer x

09/02/2015

Best of 2015 - L’hirondelle de la performance mensuelle ne fait pas la surperformance annuelle


Comment interpréter la bonne tenue des marchés actions européens en début d’année ?

Pour parler de l’exceptionnelle belle performance du mois de janvier pour l’indice STOXX Europe 600 TR qui ressort à 7,7 %, il convient de la comparer avec la performance de l’année 2014 toute entière qui a été de même amplitude en affichant une progression de 7,2 % ! Diable, le marché aurait donc fait en un seul mois toute la performance d’une année ?

C’est comptablement juste et cela sert notre conviction favorable aux actions européennes que nous avons réaffirmée début novembre 2014, au lendemain d’un mois d’octobre meurtrier. Souvenez-vous qu’à mi-octobre 2014, la performance du marché des actions européennes était négative à -5,2 %.

Depuis cette date le rattrapage a été violent permettant à l’indice de rebondir de 23,4 % sur ces plus bas jusqu’à fin janvier ! 2 éléments distincts expliquent ce mouvement :

  • L’un est fondamental et directement rattaché à notre analyse de novembre 2014 qui privilégiait le retour à l’investissement pour les Entreprises très solvables et aux marges élevées…capable de tirer avantage de l’effet d’aubaine né (i) d’un € plus faible vis-à-vis des autres devises fortes ($ et Franc Suisse notamment) et (ii) d’une baisse du prix du baril. C’est là l’explication de la hausse de fin d’année 2014.
  • L’autre, très technique qui est l’annonce de la politique hyper accommodante de la BCE, qui, pour être efficace, devra se traduire par un transfert des liquidités ainsi injectées vers l’économie réelle. C’est là l’explication de la hausse de janvier 2015 et tout l’enjeu pour que la croissance 2016 soit au rendez-vous… Le marché sera hautement volatil, mais l’attrait pour la sélection d’actions européennes reste intact.



En marge de ces performances, n’oublions pas que 2014 a révélé une extraordinaire dispersion des performances entre les valeurs LARGES, MOYENNES ou PETITES capitalisations. Ainsi comparaison sans analyse de la contribution n’est pas raison. Pour ROCHE-BRUNE AM, performance rime avec nuance et cette nuance ne vient pas de la lecture des indices, mais de la création de valeur générée durablement par les Entreprises.



Quelles sont les déterminants clés de votre gestion ?


Notre gestion est fondée sur 4 déterminants :

  • L’intensité capitalistique, à savoir la meilleure adéquation entre actifs engagés (matériels ou immatériels) et le chiffre d’affaires ;
  • La rentabilité d’exploitation qui, rapportée aux actifs engagés, détermine le niveau de création de valeur ;
  • La solvabilité, qui nous fait dire que les Entreprises gouvernent, pour les meilleures d’entre elles, mieux que les États ;
  • La croissance de la valeur ajoutée, qui est une combinaison de la croissance organique et la croissance externe.

Rien dans la gestion ne peut se faire sans une compréhension de la déformation de chacun de ces déterminants (risques) dans le temps. L’année civile n’est ici d’aucun service au-delà de la nécessaire lecture comptable !

Enfin, nous nous intéressons aux leviers de chacun de ces déterminants au regard des 3 mamelles du PIB mondial : Investissements, Exportations et Consommation. Ainsi, la capacité des Entreprises à capter ces leviers est directement liée à l’exposition internationale de leur vente, l’excellence de leur rentabilité, la réalité de leur capacité d’autofinancement et enfin la qualité de leur Gouvernance.

Notre conviction est que la régularité dans notre surperformance ainsi construite est un facteur clé de différenciation.

Pourquoi cette approche ?

Notre approche est fondamentalement celle d’une Gestion Active par opposition à la Gestion Passive ou indicielle :
notre définition, très réductrice nous en convenons, est de définir la Gestion Passive comme une gestion instrumentalisée et compulsive du marché visant la réplication d’indicateurs dont on ne sait plus à terme si c’est la gesticulation qui fait le prix de l’indicateur ou si c’est le niveau de l’indicateur qui justifie la gesticulation! Peu importe la réponse, car l’objectif c’est l’hyper activité.

En sens inverse la Gestion Active, de type ROCHE-BRUNE AM est assimilable à une approche disciplinée long terme, fondée sur des convictions qualifiées, visant à servir une surperformance du marché pour une volatilité moindre.

Notre métier est de répliquer, par la sélection d’un nombre limité de titres, la création de valeur régulière des Entreprises qui surperforment leur groupe homogène de compétition.

Désormais une tendance se dessine, c’est la réplique des gestions actives… Nous nous en réjouissons tant nous croyons qu’il ne peut y avoir de copies sans originaux reconnus.

Absolument, tout est relatif !