En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation des cookies pour vous proposer des contenus adaptés à vos centres d'intérêts et mesurer la fréquentation du site. Pour plus d'informations, gérer ou modifier vos paramètres de cookies, cliquez-ici.

Fermer x

07/03/2018

Edito : Jeu de Sociétés (par Bruno Fine)


Pour un univers donné de 600 sociétés cotées de Zone Euro, c’est la suite “2,3,4,5” qui caractérise les 7 années écoulées entre 2010 et 2017...


En effet, parmi cet univers, 120 entreprises se sont distinguées en affichant sur cette période un doublement (x2) de leur Chiffre d’Affaires, un triplement (x3) de leur Résultat Net, un quadruplement (x4) de leur Valeur d’Entreprise et un quintuplement (x5) de leur capitalisation boursière.

Cette séquence, qui aurait permis à l’épargnant éclairé de voir son risque rémunéré au rythme de 25% par an, est caractéristique du formidable levier opérationnel offert par les sociétés de croissance, qui ont su oser les investissements de croissance autofinancés en cette période de taux bas.

Pour les 5 années à venir 2018-2023, il serait plus raisonnable de chercher le carré de 2, pour traquer les sociétés qui offriront une rémunération du risque de 10% par an, soit un doublement de leur Valeur pour un doublement de leur Chiffre d’Affaires.

Pourquoi cette modération prospective pour le marché des actions de la Zone Euro :


- car le marché américain reste directeur des valorisations mondiales et le marché US est en fin de cycle haussier long, malgré l’effet de dumping fiscal
- car l’effet de base est élevé en terme de valorisation, même en Zone Euro
- car, certes la dynamique macroéconomique est bonne, mais elle s’accompagne d’une anticipation sérieuse de hausse des taux, faisant craindre une baisse des multiples de valorisation à niveau de rentabilité comparable
- car, le marché des fusions acquisitions, embarquera des “survaleurs toujours plus élevées qui conduiront inévitablement à une “accidentologie” plus forte, dans le contexte aigu de la compétition mondiale, des effets de change qui l’accompagne et des tentations de protectionnisme qui pointent leur nez.

Chez Roche-Brune AM, chercher le carré c’est la suite logique de notre conviction que la Zone Euro offre encore de belles perspectives.