En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation des cookies pour vous proposer des contenus adaptés à vos centres d'intérêts et mesurer la fréquentation du site. Pour plus d'informations, gérer ou modifier vos paramètres de cookies, cliquez-ici.

Fermer x

25/11/2016

Le témoignage de Roche-Brune AM à la COP 22


Notre engagement de longue date en faveur de la Responsabilité Sociétale des Entreprises nous a permis d’explorer de nombreux domaines d’expertises (Environnement, Social, Carbone), de nous interroger sur les principaux enjeux d’avenir (enjeux énergétiques, enjeux de développement humain) mais aussi et surtout d’innover (conception du Bêta Environnement, approche Immatérielle). Au-delà de ces aspects purement professionnels, ce fut aussi un véritable vecteur de rencontres. Nous avons en effet tout au long de notre parcours initiatique en matière d’ISR (Investissement Socialement Responsable) croisé des personnalités de tout horizon, expertes dans leur secteur et passionnées. C’est par ce biais que nous avons rencontré Nora Barsali, Fondatrice des Défis RSE, et Olga Johnson, Secrétaire Générale Energies pour l’Afrique. Organisatrices lors de la COP22 de la Conférence « RSE & transition énergétique, facteur d’innovation et de performance pour les entreprises », elles nous ont conviés à témoigner. Nous souhaitons une nouvelle fois les remercier très chaleureusement pour leur invitation.


L’expertise et savoir-faire de Roche-Brune AM

Les enjeux climatiques sont aujourd’hui sources de préoccupation pour un nombre croissant d’entreprises industrielles à travers le monde. A ce titre, ces dernières adoptent de plus en plus des démarches de Responsabilité Sociétale d’Entreprise (RSE). Le secteur financier a, quant à lui, un rôle majeur à jouer. A l’instar des banques, les investisseurs institutionnels ont une activité de financement qui peut favoriser l’émergence de bonnes pratiques RSE au sein des entreprises en ne finançant que celles dites « Responsables ». Et c’est en tant que gestionnaire d’actifs pour compte de tiers, socialement responsable, que Roche-Brune AM a été invité à participer à cette conférence. Cette dernière s’est déclinée en deux temps : le premier consacré aux témoignages d’un parterre d’entreprises, le second tourné vers notre propre expérience.

Un constat unanime des entreprises
Suez, Veolia, Engie, Enedis (anciennement ERDF) et Scheider Electric font parties des entreprises qui se sont exprimées lors de cette table-ronde. Bien que représentatives pour certaines d’entre-elles de secteurs d’activité bien distincts, toutes ont évoqué des expériences similaires :
- La RSE prend une place prépondérante en s’intégrant dans le Business Model des entreprises,
- La RSE permet de favoriser l’innovation dans les métiers et la manière dont ils s’exercent,
- La RSE s’est progressivement transformée : considérée au départ comme une contrainte, elle est perçue par les entreprises les plus innovantes comme une véritable opportunité,
- La RSE constitue aujourd’hui un levier de création de valeur : elle est donc gérée par les plus hautes instances de l’entreprise.

Notre vécu d’Investisseur Socialement Responsable
Après l’allocution de Mr Gattaz en guise de conclusion du point de vue des Emetteurs, Bruno Fine, Président Fondateur de Roche-Brune AM, a pris la tribune pour évoquer son expérience en tant qu’investisseur Responsable. Voici les points à retenir :
- Il n’y a pas d’Investissement Socialement Responsable (ISR) sans une Responsabilité Sociétale des Entreprises (RSE),
- La distinction des critères extra financiers et financiers devrait tendre à disparaître au profit d’une vision plus globale des déterminants de la création de valeur,
- Traiter les enjeux financiers et extra-financiers, c’est savoir lire le visible (comptabilité) et l’invisible (actifs immatériels) (Théorie de l’Iceberg),
- La RSE est intégrée à la gestion Roche-Brune AM pour une meilleure gestion des risques et des opportunités.